Saison culturelle, édition 2020

Du 1er au 14 juillet – Exposition de Alain AMEVET

Exposition de peinture dont la palette est haute en couleur et un travail au couteau sublimant des oppositions de brillances et de matités parfois enchevêtrées laissant naitre dans l’imaginaire du visiteur des représentations figuratives inattendues.

Lieu : église romane
Tarifs : entrée libre
Ouvert en semaine de 14h à 19h et les week-end de 10h à 12h et de 14h à 19h

Du 15 au 31 juillet – Exposition collective

Lieu précis : église romane
Tarifs : entrée libre

Cath Cousseau
sculptures végétales – peintures

Cath Cousseau puise son inspiration dans la nature. Attachée aux mondes du végétal et de l’animal, à l’océan, à son jardin sauvage respectueusement entretenu par ses mains, elle célèbre la vie.
Littéralement tombée sous le charme du Lagenaria Siceraria / Calebasse, elle utilise les rondeurs, la dureté de la matière, la douceur du toucher, les formes inspirantes qu’offre cette plante pour interpréter la femme, suggérer le mouvement, revisiter la beauté plastique.
D’un mot, de l’actualité, de son humeur naissent des personnages sages, drôles, libres, émouvants, insolites, charmeurs, colorés …
Colorés? Elle joue avec la couleur autant qu’avec les formes: avec maîtrise! Les coulées de pigments dialoguent en nuances avec les touches de reflets métalliques. « Je pose des pigments sur la matière et les couleurs réagissent, s’interpellent, fusionnent entre oxyde, hygrométrie, charge et dosage de savoir faire. J’aime cette alchimie de l’instant! »
Cath s’amuse avec les mots dans ses titres, avec les formes parfois exagérées, avec les couleurs envoûtantes, avec les effets de matières trompeurs.
Elle a participé et participe chaque année à de nombreux salons et expositions personnelles dans toute la France.
Elle accueille le public dans son atelier-expo depuis 1992.

Elisabeth Decelle
Peintre

Musicienne depuis mon enfance, joueuse de percussions et de Kora (harpe luth d’Afrique de l’Ouest), membre du groupe Soroké (kelaprod.com), j’ai
commencé à peindre en janvier 2015.
En constante formation auprès de peintres et de structures référentes, j’envisage la peinture en complément de la musique comme l’expression d’une
expérience vibratoire du rapport au monde.
Avant de peindre, je me ressource en observant les oeuvres d’autres artistes classiques et contemporains.
Depuis 2019, je m’investis sur RETOUR DU MALI carnet de voyage grand format.
Papier, toile, pierre noire, pastels et huile, différentes techniques se confrontent pour tenter en quelques images tout comme un frottement d’index sur INSTAGRAM, d’exprimer ma rencontre avec le sol de SIBI où s’est déroulé le Stage International de Danse du MALI avec Assetou DIABATE.
Dans cette exposition, je vous présente un travail figuratif à huile sur toile.
Volonté d’un rappel de la couleur bleu des tissus spécifiques à la tradition Malienne, aussi, de m’éloigner de la représentation des visages rencontrés au
cours de mes voyages afin d’essayer d’exprimer au mieux la force de leurs regards.

Fred DESSINE
Peintre

« Les VEILLEURS »
Solitude, indifférence, noirceur, détresse…
Dans un monde en souffrance, ils sont là, bienveillants, attentifs, prêts à vous offrir chaque fois que vous les croisez un regard chargé d’Amour et de Compassion.
Une attention juste aux justes.
Je ne peins pas pour plaire ni pour satisfaire mon égo. Je laisse mon esprit s’exprimer sans chercher à le canaliser. Je le laisse librement explorer les vastes univers de mon inconscient.
C’est ainsi que sont apparus, il y a quelques années  » les Veilleurs ».
Leur éclosion fut le début de cette nouvelle aventure pour moi PARMI EUX.
La premiere série exprime pleinement la noirceur et l’angoisse de notre monde. Par leur présence apaisante et emplie d’Amour, les Veilleurs nous permettent de prendre conscience que nous ne sommes pas seuls et abandonnés.
La série évolue au fil du temps, la noirceur e dissout peu à peu, la légereté de certaines toiles nous apporte l’apaisement.

Han
Peintre

Sentir le trait…
Ecouter la matière…
Vibrer avec le mouvement…

Une parenthèse de puissance et de poésie
A travers une âme nomade

Un hymne à la matière…
Entre une figuration allusive et une abstraction matiériste, l’essence même des textures avec au rendez vous le mouvement, l’intensité. Tout un monde d’énergies, de fluides, de mouvances et de caprices.

Différentes techniques sont explorées, j’emploie celles qui révèlent le plus subtilement l’intensité des couleurs et les effets de matières. Je pars de ce que je vois, perçois, juste le temps de mémoriser des images pour ensuite les transformer, leur donner une autre dimension, entre transparence, matité et
brillance.

Silhouettes… allure posture, attitude
Certaines silhouettes sont travaillées avec un enduit de texture, sur différents papiers, pliés, froissés puis marouflés sur la toile dans des dimensions accordées aux mouvements du corps.
Le trait noir donne forme et vêture.
Figures juste suggérées afin de laisser entrevoir l’essentiel, la posture, l’élan de l’instantané ou l’émotion du moment, la fragilité, l’incertitude.
Au delà des apparences, il y a des espaces infinis où naissent les histoires que vous racontera votre imaginaire,
Au delà des apparences,il y a un fil invisible qui relie l’ artiste à son oeuvre, l’oeuvre à son spectateur puis à son acquéreur.
C’est la corde sensible de toutes les émotions.

Jacky MEUNIER
Sculpteur

Je travaille essentiellement l’acier pour sa capacité à annexer l’espace, à se projeter sur le vide. Mais je travaille également le bois en association avec le métal ou tout autre matériau selon la nécessité.
Membre de l’association Sculpteurs Bretagne, j’expose essentiellement dans le grand ouest mais aussi à Paris, Deauville, Honfleur…

Jean-Luc AVRILLA
Peintre

L’art, c’est vraiment une histoire ancienne pour Jean Luc Avrilla ! Les anciens sablais se souviendront certainement du magasin d’encadrement « ARLEQUIN » , dans les années 90 Jean Luc Avrilla y avait déjà à l’étage sa galerie exposition. Mais c’est en 1978 qu’a lieu sa première exposition, à Nantes.
Aujourd’hui, après de nombreux perfectionnements en école d’art, l’artiste propose une peinture de sÿle figuratif réalisée à l’acrylique avec un sujet unique qu’il aime à nommer « mes Pétrouchka ».
En effet, l’idée est venue des Matriochka, poupées russes qui s’emboîtent les une dans les autres, si la forme est restée extrêmement fidèle à ce concept, l’imagination de Jean Luc Avrilla est sans borne pour donner naissances à ces chères gracieuses petites dames, qui n’ont jamais froid !
Jean Luc expose ses toiles dans son atelier toute l’année. Des salons et expositions en région, en France, et ailleurs s’ajoutent de temps à autre.

Jean-Michel RACKELBOOM
Peintre

Jean-Michel Rackelboom s’inspire du souvenir des paysages traversés et exprime son amour de la nature.

Le temps a passé et a laissé des traces : « Nous sommes des éponges sensorielles».

C’est un voyage intérieur où peut apparaître des essences végétales ou minérales, des particules  d’architecture ou de paysage, où l’air, l’eau, sont tour à tour présents.

Entre figuration et abstraction, entre Onirisme et Japonisme, rêve ou réalité,  les couleurs, et les formes   suggèrent, sans affirmer.

Le processus de fabrication est toujours un voyage vers l’inconnu sans conscience, une recherche perpétuelle de l’état fluide, d’impermanence, pour accepter toute possibilité d’instantanéité, de spontanéité, autour des accidents plus ou moins contrôlés : « l’esprit de la matière doit naitre de cet état d’écoute de notre environnement ».

Il souhaite  communiquer et transmettre, ainsi, des émotions simples et douces, de sérénité et d’apaisement, de bien-être.

Patrick PATRASCU
Peintre

Étrange, onirique, mystique, tels pourraient être les qualificatifs donnés à la peinture de Patrick PATRASCU, invitation à un voyage lointain dans un imaginaire sans limite. En paraphrasant Baudelaire, il n’est pas vain de dire qu’ici tout n’est que liberté et beauté, rêve, calme et volupté. C’est de l’œuvre d’un poète dont il s’agit, œuvre écrite avec des pinceaux et de la couleur. L’écriture est riche et nous plonge dans ce tourbillon de l’esprit qui nous emmène, ne serait-ce qu’un instant, dans un univers inconnu et dans un vagabondage sans fin. Paysages imaginaires, personnages énigmatiques, scènes intimistes ou mystérieuses sont autant de sujets qui constituent l’œuvre du peintre et lui donnent son caractère intemporel. La couleur et la lumière inondent les toiles avec une force peu commune servie par une palette chaude et riche, un trait incisif et presque invisible. La peinture devient alors, comme la poésie, le langage de l’âme et l’artiste le passeur de messages authentiques.

L’évanescence des personnages donne non seulement sa légèreté et son mystère à l’œuvre mais aussi de la force à une expression riche en symboles. CHAGALL n’est pas très loin. Au regard et à l’esthétique s’ajoute alors une autre quête, un autre questionnement, savoir ce qui a pu conduire le peintre dans cette vision de la nature humaine et du monde qui reste avant tout pleine d’espoir et d’humanité. Il ne reste plus qu’à regarder, à contempler, à décrypter une peinture qui parle mais qui ne dit pas tout.

C’est bien dans cette part de mystère que nous invite l’artiste qui, peut-être, ne sait pas lui-même quelle force indicible le guide… En réalité, il est vain de tenter d’exprimer par le langage, par les adjectifs, ce que Patrick PATRASCU exprime par sa peinture. C’est un poète qui peint, c’est un peintre qui devient poète. Il faut alors lire sa peinture et tenter de le

Zoé BAYARD
Peintre

Artiste peintre et psychanalyste depuis 25 ans, Zoé B a fait le choix, il y a quelques années, de poursuivre son cheminement intérieur essentiellement par le biais de la peinture qu’elle envisage comme un vecteur de découverte et de connaissance de soi. Sa dernière série, INFINITIF, est constituée de portraits de femmes réalisés au fusain et technique mixte sur toile de lin naturel. Elles dégagent quelque chose de primitif, de presque animal pour certaines et nous ramènent à cette part de l’humain qui reste authentique, un moi brut et instinctuel qui demeure au delà des agitations de nos personnalités extérieures .
La principale caractérise de sa démarche artistique est l’alliance entre le figuratif, avec sa rigueur et son exigence technique et l’expression libre et spontanée du dripping, qui consiste à projeter la peinture sur la toile posée au sol.
À travers la peinture, et plus particulièrement à travers l’acte de peindre, l’artiste tente de saisir, ne serait-ce qu’un instant, cet autre en soi, souvent silencieux et pour toujours mystérieux.

Dimanche 2 août – Brocante

Lieu précis : ancien stade, 6 Rue de Verdun

Du 1er au 17 août – Exposition collective

Lieu : église romane
Tarifs : entrée libre

Ouvert en semaine de 14h à 19h et le week-end de 10hà 19h

Isabelle FLOURAC : dessins, illustrations

Lydie ALLAIRE : peintures

Léo DELAVAUD : sculptures

Du 28 août au 15 septembre : exposition collective

Léna BREGEON : peintures inspirées des paysages de sa Suède natale
David FESTOC : Il se distingue par des toiles de grand format, figuratives, dans un style qui fait penser à celui d’Hedward Hopper.
Alain BARIOU : œuvres inspirées du monde de la moto
Anne DIARD : A la limite du paysage et de l’abbstraction.
Nathalie CLEMENT : Sculptures qu’elle appelle « Pepettes.Com », Nathalie décline tout un univers féminin plein d’humour.

Lieu précis: église romane
Tarifs : entrée libre

Du 16 au 23 septembre : exposition collective

Françoise CAILLAUD : aquarelles inspirées par la nature
Martine FAVREAU : peintre
Adama DERMÉ : sculpteur
Didier GOUET : sculpteur

Lieu  : église romane
Tarifs : entrée libre
Ouvert de 10h30 à 12h30 et de 14hà 18h

Dimanche 20 septembre : Vide grenier

Lieu : ancien stade, 6 Rue de Verdun
Horaires : 9h à 18h