« J’aime beaucoup Sallertaine, le marais et ses habitants et ce départ est un déchirement. Le contact avec les maraîchins a toujours été facile, empreint de simplicité et de bienveillance amicale. Je vais dans mon bocage natal à la maison de retraite du Landreau aux Herbiers », déclare le père Gaby. Né en 1936 à La Verrie, cadet d’une fratrie de neuf enfants, dont trois ont choisi une vie au service de la religion, Gabriel Maindron a été séminariste à Chavagne, Saint-Laurent-sur-Sèvre et aux Herbiers.

« Mon service militaire en Algérie a eu une influence importante sur la suite de ma vie sacerdotale, explique-t-il. La confrontation avec le choc culturel et parfois le manque de bienveillance à l’égard des Africains m’ont incité à me mettre à leur service. » Le père Gaby effectuera 35 années de sacerdoce auprès des Rwandais.

Le génocide de 1994 sonna le retour en France à Foussais-Payré, puis Beauvoir avant Sallertaine en 2004. « Cette période de confinement a été le déclic pour mon départ. J’ai besoin d’avoir des gens autour de moi, je me rapproche de ma famille et de mon pays natal », commente l’oncle du célèbre Philippe Maindron, organisateur du festival de Poupet et des Meules bleues.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/sallertaine-85300/sallertaine-le-pere-gaby-repart-dans-son-bocage-natal-7175606