CONTRE LA GRIPPE, LA MEILLEURE DES PROTECTIONS, C’EST LA VACCINATION !

LANCEMENT DE LA NOUVELLE CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE

« CETTE ANNEE ENCORE, LA GRIPPE VA FAIRE TRES MAL »

Le 21 octobre 2019, l’Assurance Maladie, en partenariat avec le ministère des Solidarités et de la Santé, Santé publique France et la Mutualité Sociale Agricole, dévoilait la nouvelle communication autour de la campagne de vaccination contre la grippe. Celle-ci fait totalement peau neuve et se veut tout aussi offensive que la grippe. L’objectif étant d’amener les personnes concernées, notamment les jeunes seniors et les femmes enceintes, deux populations particulièrement à risque, à prendre conscience que la grippe peut être harassante et que, face à cette épreuve, la première et la meilleure des protections, c’est la vaccination.

Une couverture vaccinale encore insuffisante malgré une hausse enregistrée l’an dernier.

Selon les années, 2 à 6 millions de personnes sont touchées par la grippe. L’hiver dernier (2018-2019), l’épidémie de grippe a été caractérisée par une importante sévérité, malgré sa courte durée (8 semaines) : plus de 65 600 passages aux urgences ont été recensés pour syndrome grippal dont plus de 10 700 ont conduit à une hospitalisation. Par ailleurs, 8 100 décès tous âges confondus ont pu être attribués à la grippei.

En Vendée, la couverture vaccinale des personnes éligibles a augmenté d’un point (49.4% contre 48.4% sur la campagne précédente). Ce taux de vaccination est supérieur au taux national (46,8% pour la France entière et 47,2% pour la France métropolitaine) mais reste encore faible au regard des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé.

L’ensemble des cantons du département a enregistré une progression du taux de vaccination (de +2,3 points à +5,3 points). Le canton de Saint-Hilaire-de-Riez a, comme l’an passé, le taux de vaccination le plus élevé (53,7%) et le canton des Herbiers le taux le plus faible (44,7%).

Taux de vaccination de la grippe lors de la campagne 2018-2019

28 novembre 2019

Les personnes « primo-vaccinantes » (nouvellement invitées à se faire vacciner et celles n’ayant jamais franchi le cap les années précédentes) ont davantage été se faire vacciner l’hiver dernier (+ 9 points). Malgré tout, ce taux reste faible, de l’ordre de 19.1%. Il est donc important de créer un « réflexe vaccinal » à l’approche de l’hiver et de continuer la mobilisation en faveur de la vaccination antigrippale.

La grippe : une maladie sous-estimée par les jeunes seniors et les femmes enceintes

La vaccination contre la grippe saisonnière est particulièrement recommandée pour les personnes dîtes « fragiles » (les personnes de 65 ans et plus, celles atteintes d’une maladie chronique ou d’obésité sévère, ou encore les femmes enceintes). Pourtant, les jeunes seniors et les femmes enceintes, plus fragiles face à la grippe, ne se sentent pas toujours concernés par la vaccination.

Selon une étude récenteii, la grippe est perçue différemment selon qu’on en ait souffert récemment ou non. Parmi les jeunes seniors, ceux qui ne l’ont pas vécue ou dont le souvenir en est ancien la voient comme une maladie « banale », tandis que ceux qui en ont eu l’expérience se font plus facilement vacciner.

Quant aux femmes enceintes, c’est avant tout par méconnaissance des symptômes et de la gravité de la grippe mais aussi par crainte du danger que le vaccin pourrait représenter pour leur bébé qu’elles ne pensent pas à se faire vacciner. En 2016, seulement 7,4% des femmes enceintes déclaraient avoir été vaccinées contre la grippe saisonnièreiii, un taux qui est largement inférieur à celui des autres groupes à risque.

Un parcours vaccinal simplifié

Pour encourager et faciliter l’adoption de cette habitude, le parcours vaccinal a été simplifié. Toutes les personnes majeures éligibles à la vaccination (personnes âgées, atteintes d’une maladie chronique et femmes enceintes) peuvent retirer leur vaccin à la pharmacie sur présentation de leur bon de prise en charge de l’Assurance Maladie.

Ces personnes pourront ensuite se faire vacciner par le professionnel de leur choix : médecin, sage-femme, infirmier ou pharmacien volontaire. En effet, à compter de cette saison, les pharmaciens pourront administrer le vaccin antigrippal à cette population, à l’exception des personnes présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l’ovalbumine ou à une vaccination antérieure qui sont orientées vers leur médecin traitant.

Une campagne de communication déclinée en local

« Cette année encore, la grippe va faire très mal. », tel est le message percutant de la nouvelle campagne nationale. Cette dernière ambitionne de faire vivre une expérience immersive aussi redoutable qu’inoubliable aux personnes concernées.

A son échelle, la CPAM de la Vendée lance le 4 novembre un plan de sensibilisation auprès des vendéens. Pour ce faire, plusieurs canaux de communication sont mobilisés : bus, cinéma, digital, mairies, points d’accueils de l’Assurance Maladie…

La promotion du site www.tout-savoir-sur-la-grippe.fr a également été faite. Celui-ci a pour vocation d’éclairer les connaissances des vendéens sur la grippe mais aussi de leur apporter des réponses concrètes aux questions qu’ils peuvent se poser. Le Docteur Cyril Leconte, médecin au sein du centre de vaccinations polyvalentes du Centre Hospitalier Départemental de La Roche-sur-Yon, se tient à leur disposition pour répondre à leurs interrogations.